jeudi 8 avril 2021

Scathophage du fumier (Scathophaga stercoraria)

Scathophage du fumier (Scathophaga stercoraria)

Le scathophage du fumier est une mouche qu'on peut souvent apercevoir sur les déjections, notamment les bouses de vaches, dans lesquelles elle pond ses oeufs. Les adultes comme les larves sont carnivores et se nourrissent de petits insectes. Les adultes peuvent aussi butiner.

mercredi 7 avril 2021

Mésange nonnette (Poecile palustris)

Mésange nonnette (Poecile palustris)

La mésange nonnette est une espèce surtout forestière, qui affectionne les feuillus dont les chênes et les hêtres. Elle peut se rapprocher en hiver des habitations situées à proximité de zone boisées, ce qui est notre cas. Son alimentation se compose à la belle saison d'insectes et d'araignées, et en hiver de graines et noix qu'elle cache un peu partout.

dimanche 4 avril 2021

Muscari d'Arménie (Muscari armeniacum)

Muscari d'Arménie (Muscari armeniacum)

S'il existe des muscaris indigènes dans les Hauts-de-France (comosum, neglectum), le muscari d'Arménie est ici une espèce cultivée, qui s'est par endroits sténonaturalisée. Son aire d'origine est située en Arménie, en Turquie, dans le caucase. C'est une plante de montagne. Ceux présents au jardin ont été implanté par nos soins, dans une zone de type légèrement boisée. Ils sont très visités par les butineurs.

samedi 3 avril 2021

Chrysomèle du romarin (Chrysolina americana)

Chrysomèle du romarin (Chrysolina americana)

La chrysomèle du romarin est un coléoptère fréquentant le romarin, la lavande, la sauge, le thym. Contrairement à ce que son nom latin semble indiquer, elle n'est pas du tout américaine : il s'agit bien d'une espèce européenne et nord-africaine. Sa tenue colorée sert à avertir les prédateurs qu'elle n'a pas bon goût. Elle serait plutôt dédaignée par les oiseaux. Par contre les guêpes polistes apprécient ses larves.

samedi 27 mars 2021

Epeire de velours (Agalenatea redii)

Épeire de velours (Agalenatea redii)

J'ai trouvée cette petite araignée installée au centre d'une fleur de carotte sauvage séchée. Ce qui prouve encore une fois combien il est bénéfique de ne pas (tout) tondre. Cette araignée est appelée épeire de velours, en référence à son thorax soyeux. En Allemagne elle est appelée araignée-corbeille car elle tisse des postes d'observation en forme de panier. Elle est présente partout en France et en Europe, mais serait plus présente dans le sud de la France que dans le Nord.

Un fortin pour les poules

Abri pour poules à base de branchages

Il arrive que les poules aiment se cacher : pour se mettre à l'ombre, pour s'abriter du vent, ou juste pour être tranquille. Une bonne façon de recycler les branches issues d'élagages est de leur fabriquer une zone abri. Le principe est simple : des fers à béton (ici de 1m) sont plantés par paires, puis des branches y sont glissées de façon à former des barrières. Les fers à béton étant durables, ces barrières pourront être regarnies quand cela sera nécessaire. Entre temps le sol aura gagné un peu d'humus. La même méthode de construction pourrait être utilisé pour clore un potager.

J'ai mis au sol des branches fines de bouleau pour permettre aux poules d'avoir les pattes au sec. Je ne sais pas si elle apprécient : elle fréquentent bien l'endroit mais préféreraient peut-être un sol nu avec de la végétation.

jeudi 25 mars 2021

Perce-neige (Galanthus nivalis)

Perce-neige (Galanthus nivalis)

Le perce-neige est une vivaces à bulbe, tirant sont nom du fait qu'elle est l'une des premières plantes à fleurir au sortir de l'hiver. Son aire de répartition d'origine se situe en Europe centrale et méridionale, mais elle a été largement été cultivée, au point de s'être eurynaturalisée dans les hauts de France. D'ailleurs des populations de perce-neiges sont visibles à deux pas du jardin en lisière de la forêt de Marchiennes. Ceux de notre jardin ont été planté par nos soins.

Crocus de Naples (Crocus vernus)

Crocus de Naples (Crocus vernus)

Le crocus est une vivace bulbeuse fréquemment plantée dans les jardins pour sa floraison printanière. Ce n'est pas une plante indigène du département du Nord, mais il s'agit néanmoins d'une plante française et européenne présente dans les prairies de montagne, même si la variétés proposées en jardinerie sont des cultivars hollandais. Nous l'avons implanté pour sa beauté et parce qu'elle fait partie du paysage commun des jardins (au point que nous la pensions indigène). Sa floraison précoce est appréciée des butineurs.

mercredi 24 mars 2021

Violette (Viola sp.)

Violette (Viola sp.)

Les violettes sont des plantes vivaces de la famille des violacées, particulièrement visibles au printemps lors de leur floraison. Le reste de l'année elle s'avères discrètes. Elles aiment les terres humifères. Elles profitent grandement aux papillons et aux butineurs tels les bourdons. Au jardin on les trouve en grandes colonies dans le verger, le long de haies et les endroits frais. La détermination à l'espèce n'est pas facile. Les spécimens photographiés pourraient être la violette des chiens, mais sans certitude. Elle ne sentent rien en tout cas.

Cardamine hirsute (Cardamine hirsuta)

Cardamine hirsute (Cardamine hirsuta)

Aussi appelée cardamine hérissée, la cardamine hirsute est une plante annuelle de la famille des brassicacées. Elle est une plante-hôte du papillon Aurore et est visitée par divers butineurs tôt dans la saison dont les bourdons. Cette adventice est très commune au jardin, apparaissant dès que la terre est remuée. Mais elle n'est pas envahissante se contentant d'occuper des espaces autrement vides. Elle apprécie l'azote.

mercredi 10 mars 2021

Saule marsault (Salix caprea)

feuille Saule marsault (Salix caprea)

La saule marsault est un arbre dioïque de la famille des Salicaceae. Son nom latin vient du fait qu'il était utilisé comme fourrage pour les chèvres. Il est un des premiers arbres à fleurir (de février à avril) et fait alors le régal des butineurs. D'une façon générale c'est un arbre qui profite beaucoup aux insectes. Au moins 500 espèces d'insectes seraient directement dépendant des saules en tant que source de nourriture. Si on y ajoute les prédateurs et parasitoïdes de ces insectes, ce chiffre monterait à 1000. Une bonne raison d'héberger des saules dans son jardin.

Chatons / fleurs de Saule marsault (Salix caprea)

Parmi les saules, c'est le moins sensible par rapport à la présence d'eau. Le saule marsault comme le saule blanc peut être conduit de divers façons : en arbre de plein vent, en cépée, ou en trogne. Nous avons les trois formes au jardin : un alignement de plein vent entre le verger et la pâture, ainsi que des trognes en têtard et une cépée entre la pelouse et la jachère.

alignement de saules marsault

saules marsault taillés en tétard

dimanche 7 mars 2021

Plan du jardin

Situé en périphérie du village, entre forêt et champs, le jardin peut grossièrement être divisé en quatre zones :

Plan du jardin

Le verger abrite de vieux pommiers, plantés probablement dans les années 50-60 et la plupart de nos arbres fruitiers. C'est aussi le parcours de notre basse-cour. Il est bordé à l'est par la route et au nord par un fossé humide et un chemin.

La pâture est une prairie où les graminées sont majoritaires. Elle est fauchée partiellement une fois par an et abrite quelques fruitiers. Une haie composée d'essences locales y est petit à petit installée. Elle est bordée au nord par un chemin et à l'ouest par un champ.

La prairie-jachère est un ancien potager délaissé, lui même situé sur un ancien champ. La végétation est composée d'adventices très diverses. Cette partie du jardin a vocation à rester sauvage, et à voir sa biodiversité augmentée par des plantation d'espèces locales. Notre potager, petit, est situé dans sa partie Nord non loin de la pâture. On trouve aussi dans la parcelle un tas de bois, un caveau à insectes, des chronoxyles. Une haie sera petit à petit installée tout en gardant le paysage ouvert sur la forêt située au sud.

La pelouse est un jardin plus conventionnel, mais qui laisse une place au adventices. Elle est séparée à l'ouest de la prairie-jachère par une corridor d'arbres et arbustes donc des thuyas, des sureaux noirs, des saules marsault, des aubépines, un houx et des ronces. Un fossé humide arrive dans l'angle sud-est. Une haie de photinias est présente coté route, enrichie d'arbustes adventices et d'arbustes plantés (noisetier, lilas, cornouillers, aubépine...)

jeudi 4 mars 2021

Narcisse jaune (Narcissus pseudonarcissus)

Narcisse jaune (Narcissus pseudonarcissus)

On l'appelle aussi jonquille des bois : c'est la jonquille la plus commune dans le nord de la France à ne pas confondre avec le narcisse jonquille (narcissus jonquilla) plus méridional et qui possède des feuilles tubulaires rappelant le jonc. La jonquille des bois est une bulbeuse vivace. Elle n'était pas présente spontanément dans le jardin (mais l'est dans les bois de la région) aussi nous l'avons introduite, en prenant soin de sélectionner lune variété botanique et non pas un cultivar. S'agissant d'une plante de forêt et de prairie nous l'avons implanté à mi-ombre sous divers arbres et arbustes.

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)

On l'appelle aussi orite à longue queue. Cet oiseau fait partie de la famille des Aegithalidae. La mésange à longue queue affectionne les forêts, les bosquets, les haies et les lisières. C'est un oiseaux sociable, qui vit en groupes familiaux. Son régime alimentaire est en grosse partie insectivore à la belle saison, agrémenté de bourgeons et baies. En hiver elle consomme des graines.

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)

dimanche 28 février 2021

Petite tortue (Aglais urticae)

Petite tortue (Aglais urticae)

Ce papillon est également appelé vanesse de l'ortie, celle-ci étant sa plante hôte. Il est observable dans les milieux ouverts ensoleillés. C'est un papillon qui hiverne. Sa population est en forte régression en France ainsi que dans plusieurs pays européens, non pas par manque de nourriture, mais probablement à cause du réchauffement climatique qui influencerait sa reproduction. Le parasitisme est également évoqué.

samedi 27 février 2021

Grive litorne (Turdus pilaris)

Grive litorne (Turdus pilaris)

La grive litorne appartient à la famille des turdidés, comme le merle noir. Elles affectionne les lisières, les bocages, les zones humides. C'est un oiseaux migrateur et de larges groupes hivernent en France à l'automne, venant de Scandinavie et des pays de l'est. Pas étonnant que nous n'ayons constaté sa présence qu'en hiver. Elles raffolent des pommes qui restent sur les arbres ou sont tombées au sol.

Grive litorne (Turdus pilaris)

Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula)

Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula)

Le rouge-gorge familier fait partie de la famille des Muscicapidés. Comme beaucoup des oiseaux présents dans le jardin, c'est au départ un oiseau forestier. On le voit relativement peu souvent à la belle saison, par contre il se rapproche volontiers des habitations en hiver, profitant des graines que nous proposons ainsi que des croquettes pour chats. S'il est avant tout un insectivore, il consomme en hiver des baies et graines.

Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula)

jeudi 25 février 2021

Merle noir (Turdus merula)

Extrêmement commun, le merle noir est présent dans presque tous les jardins. Il appartient à la famille des turdidés et est une espèce forestière à l'origine. Les merles sont omnivores, se nourrissant d'insectes, de vers, de fruits et de graines. Chez nous ils semblent même apprécier les croquettes pour chats.

Tubaires (Tubaria sp.)

Tubaires (Tubaria sp.)

Les tubaires sont des champignons poussant principalement sur le bois en décomposition. Il n'est pas possible de déterminer leur espèce exacte sans examen microscopique. Au jardin ils apparaissent en nombre dès que du bois raméal fragmenté est étalé sur le sol.

dimanche 21 février 2021

Pic épeiche (Dendrocopos major)

Pic épeiche (Dendrocopos major)

Le Pic épeiche est un oiseau forestier strictement arboricole qui fréquente tous les peuplement d'arbres, y compris ceux des parcs, jardin et vergers. A la belle saison il est surtout insectivore, se nourrissant d'insectes et de larves xylophages, de chenilles. Il peut aussi s'attaquer à des nichées de passereaux. Il adopte l'hiver un régime en grande partie granivore, qui inclue noix, noisettes, graines de conifères. On distingue le mâle de la femelle au fait que le mâle possède une tache rouge à l'arrière du crâne alors que la zone est noire chez la femelle. Au jardin on trouve le pic épeiche tout naturellement dans le verger dans lequel il fréquente de vieux pommiers ainsi qu'un noyer.

- page 2 de 11 -