mercredi 27 mai 2020

Trèfle incarnat (Trifolium incarnatum)

Trèfle incarnat (Trifolium incarnatum)

Cette légumineuse, comme la majorité des trèfles, est d'origine méditerranéenne, mais a été largement naturalisée en Europe et dans le monde étant cultivé à la fois comme engrais vert et comme fourrage. Alors que beaucoup de trèfles sont vivaces, celui-ci est annuel. Au jardin on le trouve près de la façade ouest de la maison.

Coccinelle asiatique (Harmonia axyridis) ⚠️

Coccinelle asiatique (Harmonia axyridis)

Cette coccinelle n'a rien de local, et est même invasive. Elle nuit aux coccinelles indigènes de par son appétit, son taux de reproduction, le fait qu'elle s'attaque aux autres coccinelles et parce qu'elle transporte des parasites sans en être elle-même affectée. Elle a été importée chez nous dans le cadre de la lutte biologique (comme quoi tout ce qui est "bio" n'est pas bon). Elle est hélas désormais bien installée en Europe et en Amérique et il sera impossible de l'éradiquer.

Elle est très fréquente partout dans le jardin, et plusieurs dizaines (centaines ?) d'individus peuplent la maison en hiver. Les chats la régulent un peu :)

mardi 26 mai 2020

Jacinthe des bois (Hyacinthoides non-scripta)

Jacinthe des bois (Hyacinthoides non-scripta)

La jacinthe des bois comme son nom l'indique est une plante de sous-bois. C'est une vivace à bulbe de la famille des liliacées. Ses jolies clochettes apparaissent en mai. Elle est présente dans le jardin dans le verger qui avec sa végétation est très proche d'une forêt.

lundi 25 mai 2020

Cantharide commune (Cantharis fusca)

Cantharide commune (Cantharis fusca)

Ce coléoptère est fréquemment trouvé sur les fleurs, il consomme un peu de nectar, des bourgeons mais c'est surtout un carnivore, qui régule les petits insectes tels que les pucerons. Les larves se nourrissent d'escargots. L'insecte peut être confondu avec son cousin le cantharide rustique (cantharis rustica). Ce dernier se distingue par une tâche noir sur le haut des élytres bien centrée alors qu'elle touche le bord la cantharide commune.

Abeille mellifère (Apis mellifera)

La classique abeille européenne, utilisée par l'homme pour sa production de miel. Apis mellifera se reconnaît notamment à ses pattes arrières larges et à la cellule allongée en forme de banane sur le bord extérieur de ses ailes.

dimanche 24 mai 2020

Punaise potagère (Eurydema oleracea)

Punaise potagère (Eurydema oleracea)

Tout comme la punaise rouge du chou, la punaise potagère apprécie les crucifères. Elle se plaît donc dans notre prairie-jachère. Fait intéressant : deux formes existent, la rouge et la jaune. Les deux sont présentes sur la photo.

Punaise rouge du chou (Eurydema ornata)

Punaise rouge du chou (Eurydema ornata)

Cet punaise bien visible vit sur les crucifères, ce qui peut poser des problèmes sur les crucifères cultivées. Au jardin on la trouve dans la prairie-jachère, riche en plantes de cette famille.

Agrion

Agrion femelle

Cet insecte ne fait pas partie de la catégorie des libellules, mais de celle des demoiselles (zygoptères), qui ont les ailes repliées le long du corps au repos. Demoiselles et libellules sont néanmoins cousins, faisant partie de la grande famille des odonates. L'espèce exacte est difficile à déterminer avec certitude pour la femelle verte. Il pourrait s'agir d'un agrion porte-coupe (Enallagma cyathigerum). L'individu en bleu est lui bien un Enallagma cyathigerum.

Agrion porte coupe mâle

Pisaure admirable (Pisaura mirabilis)

Pisaure admirable (Pisaura mirabilis)

Cette araignée ne tisse pas de toiles mais chasses ses proies dans les herbes basses (ici du trèfle). Elle est très fréquente au jardin.

jeudi 21 mai 2020

Construction d'un abri à hérisson

Nous avons la chance d'avoir des hérissons qui passent chaque soir dans le jardin, grignotant au passage les croquettes que nous destinons aux chats "libres" (en vérité errant et presque sauvages) des environs. Afin qu'ils s'établissent pour de bon, nous avons mis en place un abri.

début de la construction de l'abri à hérisson à partir d'une caisse en bois

Le matériau de base est une vielle caisse de vin en bois, d'environ 50 cm * 40 cm * 21 cm. Un passage de 12.5 cm * 12.5 cm a été ouvert à la scie sauteuse. Cette taille correspond à celle préconisé par le site Le hameau des hérissons. L'endroit retenu pour installer l'abri est un ancien mur arasé à quelques mètre de la maison. Le fait que l'abri repose sur d'anciennes fondations et non pas sur de la terre végétale devrait le préserver de l'humidité et de la végétation. Le coin est calme, au coeur du terrain, et situé au carrefour de chemins déjà empruntés par les hérissons. Avec les arbres à proximité et de nombreuses fleurs et herbes, le hérisson n'aura pas de mal à trouver de quoi créer son nid pour l'hiver. Un parquet est crée à partir de planches de bambou, un bois réputé imputrescible, sur lequel la caisse de bois est posée à l'envers.

poursuite de la construction de l'abri à hérisson avec pose d'un tasseau et de briques sur les côtés

Un tasseau est posée sur le haut de l'abri : il servira a donner une pente aux tuiles qui viendront le couvrir. Il créera également un espace vide qui servira d'isolant et permettra au bois de respirer. De vieilles briques sont disposées sur les cotés de l'abri, qui protégeront le bois des intempéries, et devraient réguler la température dans l'abri grâce à leur inertie thermique. On noté sur l'arrière de l'abri un billot de bois qui sert de supports à graines pour les oiseaux en hiver. Cette masse de bois participe aussi à la protection de l'abri.

l'abri à hérisson terminé avec tuiles sur le dessus

Des tuiles de récupération sont posées pour former un toit. Elle pourront aussi servir de solarium pour des lézards. Les tuiles dépassent du côté de l'entrée afin de bien protéger celle-ci de la pluie. A l'arrière de l'abri, une grosse bûche est installé qui possède une partie creuse sur le dessous : il pourra servir d'abri à un crapaud, à de petits rongeurs, ou à qui voudra bien occuper les lieux.

Nous mettrons dans l'abri un peu de foin, quoique il semble qu'il y ait deux écoles concernant le garnissage des abris à hérisson : certaines sources recommandent de ne rien mettre pour laisser aux hérissons le soin d'aménager le lieu à leur guise, tandis que d'autres source conseillent de mettre à disposition des matériaux pour le nid. Si vous avez un avis ou une expérience en la matière n'hésitez pas à en faire part en commentaire :)

mardi 19 mai 2020

Cerfeuil sauvage (Anthriscus sylvestris)

Cerfeuil sauvage (Anthriscus sylvestris)

Cette plante vivace est l'une de premières ombellifères à fleurir. Elle pousse très rapidement et peut mesurer jusqu’à 1m de haut. L'Anthrisque apprécie les sols forestiers et riches en matière organique. On le trouve un peu partout au jardin. Les insectes l'apprécient. Les feuilles sont comestibles, mais le risque est grand de confondre cette plante avec d'autres ombellifères mortelles commes les cigues : mieux vaut donc s'abstenir.

Cerfeuil sauvage (Anthriscus sylvestris)

Prêle des champs (Equisetum arvense)

Prêle des champs (Equisetum arvense)

La prêle est une vivace qui affectionne les endroits humides, les sols sablo-limoneux (elle est très riche en silice) et les sites anthropisés. C'est une plante très ancienne, apparue avant les dinosaures, il y a entre 360 et 400 millions d'années. On la trouve un peu partout au jardin et aux alentours, particulièrement dans la prairie-jachère et sur le trottoir longeant la propriété.

Ornithogale à feuilles étroites (Ornithogalum umbellatum)

Ornithogale à feuilles étroites (Ornithogalum umbellatum)

Aussi appelée ornithogale en ombelle, ou dame de onze heure, cette fleur est une bulbeuse qui fleurit au printemps pour ensuite disparaître jusqu'à l'année suivante. Biologiquement c'est une cousine des asperges, mais attention elle est toxique ! Elle apprécie les sols argileux et le soleil. Présente en grand nombre elle indiquerait un sol compacté et pauvre en vie microbienne. Au jardin on la trouve sur la façade ouest de la maison.

lundi 18 mai 2020

Véronique des champs (Veronica arvensis)

Véronique des champs (Veronica arvensis)

La véronique des champs est discrète, et presque invisible dans notre prairie-jachère. La plante peut mesurer de 5 à 25cm de haut. Elle est commune dans les terrains vagues, les chemins, les talus. Elle n'aimerait pas les terres trop humides. Cela explique peut-être pourquoi elle est si petite chez nous.

Punaise des baies (Dolycoris baccarum)

Punaise des baies (Dolycoris baccarum)

La punaise des baies, très commune; se nourrit de fleurs, de fruits et de graines qu'elle pique. Elle consommerait au moins 50 espèces végétales. Ses habitats sont aussi très divers.

Lepture tacheté (Rutpela maculata)

Lepture tacheté (Rutpela maculata)

Le lepture taché fait partie de la famille des coléoptères. L'insecte longicorne adulte se nourrit de fleurs. Sa larve par contre se développe dans le bois en décomposition (d'où l'interêt de conserver du bois mort au jardin). Le specimen a été photographié était sur une julienne des dames, plante qui attire décidémment un grand nombre d'insectes.

Argus bleu (Polyommatus icarus)

Argus bleu (Polyommatus icarus)

Aussi appelé azuré commun ou azuré de la bugrane, ce papillon floricole est parait-il commun mais je ne l'avais encore jamais rencontré. L'animal n'est pas facile à photographier, virevoltant de fleurs en fleurs. Sa chenille apprécie les légumineuses telles les luzernes ou les trèfles, il n'est donc pas surprenant de le trouver dans notre prairie-jachères qui en accueille un bon nombre.

dimanche 17 mai 2020

Bleuet (Cyanus segetum hill)

Bleuet (Cyanus Segetum  Hill)

Le bleuet est une annuelle de la famille des asteracées. Elle était autrefois très présente dans les champs (c'est une commensale des cultures) comme les coquelicots, mais la chimie l'a faite disparaître... Cette fleur aime les sols argilo-limoneux, les nitrates, et la lumière. On la trouve au jardin proche de la maison, exposée plein ouest.

Thomise variable (Misumena vatia)

Thomise variable (Misumena Vatia)

La thomise variable fait partie de la famille des thomisidae, aussi appelées araignées-crabe du fait de leur double paire de pattes avant très longues et parce qu'elles marchent parfois de côté. Les thomises sont des véritables caméléons, capables de changer de couleur en fonction de la fleur sur laquelle elles ont choisi de chasser. Ce changement de couleur n'est cependant pas instantané, 24h sont nécessaires. Les thomises ne tissent pas de toiles, mais sont capable de secréter du fil au besoin. Le spécimen photographié est une femelle, postée sur une fleur de julienne des dames.

vendredi 15 mai 2020

Ronce bleuâtre (Rubus caesius)

Cette ronce est moins connue que sa grande sœur la ronce commune (Rubus Fruticosus). Elle est plus petite, tout comme ses fruits, et ses épines sont plus faibles. Elle apprécie les milieux humides, ce qui explique qu'au jardin on la trouve en limite de propriété dans le verger, un fossé bordant le terrain.

- page 1 de 2