Mon choix de garrot : RMT tactical 1.5 pouces

J'ai longtemps procrastiné avant de choisir un garrot. Je n'avais pas de doutes sur l'intéret d'un tel équipement, mais il me fallait trouver le modèle idéal. J'ai finalement opté pour le garrot RMT de chez M2inc, dans sa version tactical.

Garrot tourniquet RMT tactical

Avant d'aller plus loin quelques rappels sur le bon usage des garrots : premièrement, la pose d'un garrot ne condamne pas le membre sur lequel il est posé, pour peu que la prise en charge médicale soit rapide. La plupart des études montrent qu'en dessous de 2 heures de pose, les risques de complications et de dommage permanents sont très faibles (source : étude "Tourniquet use in the civilian prehospital setting"). Deuxièmement, le garrot n'est pas la baguette magique qui réglera tous les saignements. La plupart des hémorragies sont traitables via une compression directe. De plus certaines hémorragies ne sont pas garrotables, le garrot ne pouvant être appliqué qu'aux membres. Ne vous contentez donc pas du garrot comme unique moyen d'hémostase : les pansements compressifs et gazes hémostatiques ont aussi leur place. Troisièmement, et c'est le point le plus important, l'usage du garrot ne doit être envisagé que dans le cas d'un saignement massif, menaçant à court terme la vie de la personne, comme celui causé par l'arrachement ou la dislocation d'un membre, ou par l'atteinte d'une artère. Enfin, avant de vous ruez sur le matériel, formez-vous !

Demonstration garrot RMT posé

Revenons maintenant sur le choix du RMT. Parmi les matériels utilisés et reconnus par les professionnels, on trouve en plus du RMT, le SOFT-T et le CAT (tous deux validés par le comité Tactical Combat Casualty Care). Le SOFT-T et le CAT sont excellents, mais ne peuvent être utilisé qu'une fois, ce qui ne permet pas de s’entraîner avec (à moins d'acheter un second garrot d'exercice, ce qui augmente le budget). Les garrots RMT peuvent eux être utilisés des centaines de fois, ce qui permet des entraînements réguliers sans aucun surcoût. De plus les garrots à cliquet comme le RMT permettent un serrage plus fin, qui nécessite moins de force, et un resserrage sans risque si jamais le membre se remet à saigner. Tous ces avantages m'ont fait pencher vers le RMT.

Restait à déterminer la version. J'ai opté pour la version tactical de 1.5 pouces de large (3.8 cm comme le CAT et le SOFT-T), la plus compacte et légère, car je ne suis qu'un simple citoyen pas particulièrement exposé. La version tactical pliée fait environ 23cm de long, 3.8cm de large et 3.2cm d'épaisseur (du fait de la boucle). Son poids est de 101g.

Le prix reste légèrement supérieur à celui du CAT ou du SOFT-T, mais largement inférieur à celui d'un CAT ou d'un SOFT-T couplé à un exemplaire d'entrainement. Compter environ 36$ chez israeli First Aid qui propose les meilleurs prix pour la gamme RMT.

Montre militaire britannique Pulsar G10

Dans un précédent billet, je vous avais présenté la G10 de chez CWC (Cabot Watch Company). Je vous présente aujourd'hui la version fabriqué par Pulsar (une filiale de Seiko), qui lui succède. Ce modèle est fabriqué exclusivement pour l'armée anglaise, et il n'existe à ma connaissance pas de déclinaison civile. Pour l'anecdote ce modèle est porté par... le Prince Harry qui l'a ramenée de son service en Afghanistan et la porte parfois lors de grandes occasions.

Montre militaire anglaise Pulsar G10

Visuellement, la G10 Pulsar est une réussite, avec un look paradoxalement plus rétro que la CWC du fait de la forme de son boitier à cornes droites et de l'absence de protège-couronne. Le boitier affiche une taille de 36mm hors couronne, et 39mm couronne incluse soit des dimensions similaires au modèle CWC. Par contre la G10 Pulsar est plus fine de par son boitier et son verre plat : 8mm seulement contre 10mm pour la CWC. Les pompes restent fixes.

CWC G10 Vs Pulsar G10

Les marquages militaires restent bien présents, avec le phéon britannique et le numéro NSN (NATO Stock Number) par contre la mention de la branche armée n'apparaît plus.

Marquages G10 Pulsar

Parmi les autres différences avec la G10 CWC, on note l'utilisation d'une verre minéral plat au lieu du verre acrylique bombé, l'absence du trappe pour changer facilement la pile (le boitier étant équipé d'un fond à pression), l'utilisation d'aiguilles droites au lieu d'aiguilles sabre, la peinture blanche sur les aiguilles, l'ajout d'un guichet dateur, ainsi que l'abandon du tritium pour du Luminova (d'où le "L" qui remplace le "T" sur le cadran). La lisibilité dans le noir est excellente :

Luminescence Pulsar G10

Les G10 Pulsar peuvent être trouvée régulièrement sur Ebay, souvent à un prix légèrement inférieur à celui des G10 CWC si on sait être patient, car la marque Pulsar est moins prestigieuse.

Woundclot Trauma Gauze et Hemostatic Gauze

Quand on parle d'hémorragie, le garrot vient tout de suite à l'esprit. Mais toutes les hémorragies ne sont pas garrotables (cas des plaies à la tête, au cou, au thorax, à l'abdomen) et toutes ne sont pas graves au point de nécessiter la pose d'un garrot. Pour ces cas, les gazes hémostatiques peuvent alors s'avérer très utiles, en complément d'un bandage simple ou d'un pansement compressif. Ces gazes, quand elles sont bien utilisées, sont capables d'arrêter un saignement artériel.

Gaze hémostatique Woundclot

Différentes marques de gaze hémostatique existent. Les deux gazes que je vous présente aujourd'hui font partie de la gamme Woundclot développée par Core Scientific Creation, une société israélienne.

La Trauma Gauze (emballage blanc) est destinée au traitement des saignements modérés et sévères. Elle est marketée à destination des urgentistes. L'Hemostatic Gauze (emballage vert) est quand à elle destiné au traitement des saignements sévères. Elle est marketée à destination des militaires. Ces gazes sont proposées dans différents tailles, allant de la compresse de 4 pouces (10 cm) à la bande de 39 pouces (1 m). La version présentée dans ce billet fait 3 * 8 pouces ( 8 * 20 cm). Toutes ces gazes fonctionnent de la même façon : un agent hémostatique à base de cellulose imprègne la gaze. En contact avec le sang, l'agent hémostatique devient un gel qui piège les plaquettes et active des substances qui vont accélérer la coagulation et stopper l'hémorragie.

Gaz Woundclot déballée

Visuellement, rien ne distingue les deux versions. Cependant, au toucher, l'Hemostatic Gauze semble un peu plus rigide que la Trauma Gauze, et son odeur est un peu plus prononcée. Aussi il est probable que cette version soit imprégnée d'une plus grande quantité d'agent hémostatique, ou que la nature de l'agent soit légèrement différente.

Comment utiliser ces gazes ? Tout dépend du type de blessure. Sur une blessure peu profonde mais étendue, sans atteinte artérielle (ex : une abrasion cutanée importante, une plaie du cuir chevelu, une lacération peu profonde), la gaze peut être posée à plat sur la zone concernée. Sur une plaie profonde, il faudra par contre bourrer la plaie en prenant soin de mettre la gaze en contact direct avec le vaisseau sanguin ou l'artère lésés (exemples en vidéo). Une compression modérée est recommandée pour une efficacité maximale. Selon la gravité des lésions, la temps d'atteinte de l'hémostase peut aller de 4 à 17 minutes (PDF). La gaze pourra ensuite enlevée à l’hôpital en la mouillant avec une solution saline, cette opération ne détruisant pas le caillot formé.

Mode d'emploi Woundclot

Quelle version choisir ? En tant que particulier ma préférence va plutôt vers les versions de taille intermédiaire, comme la 8 * 20 cm, assez grandes pour traiter une grande variété de plaies, et assez petites pour rester abordables. Trauma Gauze ou Hemostatic Gauze peu importe, même si la Trauma semble un peu plus costaud.

Les produits Woundclot peuvent être achetés à des prix très intéressants chez Israeli First Aid que je remercie pour l'envoi des exemplaires ayant servi à la rédaction de cet article :)

Quel profil de lame pour un couteau EDC ?

Comment choisir le meilleur type de lame pour un couteau EDC ? L'offre est pléthorique en matière de couteaux, et il peut être difficile de s'y retrouver. Aussi voici ma contribution sur ce sujet. Pour ce qui est du choix des aciers, je vous renvoie à ce billet précédent.

profils-lames-edc.jpg

Si on considère uniquement sa dimension utilitaire, un couteau EDC devrait être le plus polyvalent possible : on cherche un outil à tout faire et pas un outil de spécialiste. Un couteau EDC devrait être autant à l'aise pour ouvrir un emballage, pour couper de la corde, tailler un morceau de bois, percer, éplucher, couper du pain ou tout autre aliment sur une planche ou dans une assiette.

De ce fait, certaines formes de lames ne constituent selon moi pas le meilleur choix : les lames tanto par exemple sont de super outils pour percer, et s'affûtent facilement, mais sont médiocres pour un usage alimentaire ou une découpe de précision, surtout quand elles ont une émouture de type chisel (ciseau à bois). Les lames sheepfoot (pied de mouton) avec leur bout arrondi sont de bonnes lames utilitaires, offrant une bonne sécurité vis à vis des coup d'estoc, mais ne sont pas extraordinaires pour la découpe. Les lames Wharnclife percent très bien et sont adaptées pour des découpes de précision de type cutter, mais sont elles aussi peu adaptées pour un usage alimentaire. Les lames recurve peuvent couper très fort, mais souvent tout le fil de la lame n'est pas exploité...

Du coup pour quel profil opter ? De mon point de vue, la lame EDC idéale devrait posséder un fil droit sur sa première moitié et un fil courbe sur l'avant, sans aucun angle sur le fil. Ce profil permet d'exploiter au mieux toute la longueur du fil et ce peu importe l'angle de découpe. Ce n'est pas un hasard si les couteaux les plus vendus et les plus utilisés dans le monde possèdent ces caractéristiques : c'est le cas notamment des couteaux suisses, de l'Opinel, des couteaux Buck, des sodbusters, des couteaux scandinaves pour ce qui est des lames fixes etc. Pour ce qui est du dessus de la lame, tous les profils sont valables, mais si la capacité à percer de petits trous est importante pour vous, le profil clip-point (lame type Bowie, utilisée notamment sur les Buck 110) est tout indiqué. Cet usage me concernant peu, pour ma part, je trouve que les lames à dos plat, drop-point, spear-point vont tout aussi bien.

Pour ce qui est de l'épaisseur, 2.5 à 3mm est de mon point de vue l'idéal : c'est assez épais pour être très solide, mais pas trop épais au point de diminuer le pouvoir de coupe.

Poignée de porte radioactive

La radioactivité peut décidemment se cacher là ou l'on s'y attends le moins : un contact lui aussi passioné de radioactivité m'a très aimablement fait parvenir une poigné de porte ancienne (merci à lui !). Visuellement, la poignée est d'apparence banale, constituée d'une sorte de porcelaine noire. Exposée à de la lumière UV, celle-ci ne manifeste aucune fluorescence. Le compteur geiger par contre se met à crépiter à l'approche de la poignée. Alors que le bruit de fond naturel est de 26 CPM sur mon compteur GMC-300, le nombre de CPM monte à 3900 environ au contact de la poignée.

poignee de porte radioactive uranifère

Il semblerait que la majorité de l'activité soit sous forme de rayonnement beta. D'ailleurs à 30 cm de la poignée, un dosimètre compensé en énergie (Polimaster PM1621) ne montre aucune élevation significative du débit de dose.

spectre poignee radioactive uranifère

Que dit la spéctrométrie ? L'analyse montre un pic à 185.99 keV caractéristique du radium 226. La poignée de porte contient donc très probablement un composé contenant de l'uranium, le radium étant un descendant de celui-ci. A la différence des roches uranifères et autres objets à base d'uranium naturel, les pics correspondant aux autres descendants de l'uranium (Pb214, Bi214) sont ici absents. Cela est probablement dû au fait que le composé uranifère incorporé dans la poignée a été débarassé de ces descendants et n'est pas retourné à l'équilibre séculaire depuis. Il ne m'est pas possible de déterminer la nature exacte de ce composé. Des ressources trouvées sur le web parlant de glaçure indiquent que ce pourrait être de l'oxyde d'uranium (UO2).

Pansement compressif israelien T3

Le pansement compressif dit "israélien" est bien connu des survivalistes et des services d'urgence. Ce bandage fabriqué en Israël par la société FirstCare est devenu populaire outre atlantique lors de la première guerre du golfe, suite à son adoption par l'armée américaine. Depuis il a été adopté par de nombreuses forces armées, forces de l'ordre et services d'intervention de par le monde. Il en existe plusieurs versions. La version que je vous propose de découvrir aujourd'hui la version T3, dans sa déclinaison 4 pouces (montrée ici à coté de la version civile).

Pansement israelien T3 et FCP03

La version T3 (acronyme de Tactical Trauma Treatment) est l'évolution la plus récente du pansement israelien. Elle se distingue de la version classique, par la présence d'un rouleau de gaze supplémentaire. Ce rouleau peut être utilisé de plusieurs façons : comme compresse pour exercer une pression additionnelle sur la blessure, comme gaze de bourrage à l'intérieur d'une plaie, pour panser une blessure secondaire, ou comme écharpe pour immobiliser un bras.

T3-detail.jpg

Une autre spécificité du pansement T3 réside dans sa compresse dépliable qui permet de multiplier sa surface par deux (soit environ 19 cm x 18 cm). Parfait pour une plaie large ou pour une blessure abdominale. La partie dépliable est également détachable au besoin pour traiter une blessure secondaire, ou le second orifice dans le cas d'une blessure par projectile.

Dernière spécificité : la bande du pansement T3 possède une boucle à proximité de la compresse, qui héberge le rouleau de gaze lors du stockage et permet une application à soi-même plus facile dans le cas des blessures au bras. Il suffit alors de glisser le bras dans la boucle pour coincer le pansement et procéder à son application.

L'application des pansements israéliens est très simple : on place la compresse sur la blessure, on fait un tour, puis on passe la bande dans l'applicateur en plastique en repartant dans l'autre sens, ce qui a pour effet de faire pression sur la plaie et donc de faciliter l'hémostase. On continue ensuite de panser la zone à traiter en prenant bien soin de couvrir les bords pour protéger la plaie, et on fixe le bandage à l'aide de l'agrafe en plastique placée en fin de bande. Attention il s'agit d'un pansement compressif et pas d'un garrot : il ne faut pas serrer la bande au point que la circulation sanguine soit altérée. Notez que les pansements israéliens sont extrêmement versatiles et peuvent être utilisés tout aussi bien sur les membres que le tronc ou la tête, comme le montre cette vidéo. Quelques exemples d'applications sur ma personne :

T3-exemple1.jpg

T3-exemple2.jpg

Le pansement T3 constitue à mon sens une excellente base pour constituer un kit d'urgence. D'un poids de 96 grammes et d'une taille de 10.5 cm x 7 cm x 4 cm, il se glissera très facilement dans n'importe quel sac ou boite à gants. Son emballage sous-vide est robuste, tout en restant facile à ouvrir. Si le besoin de compacité est vraiment très important, FirstCare propose une version civile (référence FCP03) pesant 66 grammes pour une taille de 10.5 cm x 6.5 cm x 3 cm. Mais celle-ci n'inclue pas de bande de gaze additionnelle.

Pour acheter vos pansements israéliens, une seule adresse à vous recommander : Israeli First Aid. Vous y trouverez non seulement toute la gamme des pansements FirstCare dont le T3, mais également un large choix de matériel de premier secours et de survie en provenance d’Israël, à des prix très compétitifs. L'envoi est rapide, et la communication excellente. J'en profite pour remercier Israeli First Aid d'avoir fourni le pansement ayant servi à rédiger cet article.

Analyse d'un échantillon de sol de Fukushima

J'ai récemment acquis auprès d'un autre passionné de curiosités radiologiques un échantillon de sol de la région de Fukushima (merci Johan !). Celui-ci aurait été prélevé à une vingtaine de kilomètres de la centrale accidentée. L'échantillon est léger, très léger : à peine 1 gramme de terre brune sèche. Placé au contact de mon compteur geiger GMC-300, celui-ci ne montre pas une activité extraordinaire : 40 CPM avec mon compteur GQ GMC-300 pour un bruit de fond moyen de 26 CPM. C'est peu, mais quand même significatif si on considère la faible masse de l'échantillon.

Echantillon sol Fukushima

Que montre l'analyse par spectrométrie gamma ? Dès les premières minutes, même avec un détecteur à iodure de césium d'un centimètre cube, la présence de césium 137 est évidente avec son pic caractéristique à 662 keV. Mais à la différence de mon échantillon de trinitite, qui contient lui aussi du césium 137 puisque issu d'une détonation nucléaire, l'échantillon de Fukushima semble aussi montrer une présence discrète de césium 134 vers 801 keV.

Spectre gamma sol Fukushima

Les doses relâchées de césium 137 et césium 134 lors de la catastrophe étaient similaires (source). La faible hauteur du pic de césium 134 s'explique donc probablement parce que ce radio-isotope possède une demi-vie bien plus courte (2.07 ans) que celle du césium 137 (30.15 ans). Sept années s'étant écoulées depuis la catastrophe de 2011, une bonne partie du césium 134 s'est désintégrée, alors que le césium 137 disparaît à un rythme beaucoup plus lent.

Blindage contre les rayons gamma : les épaisseurs de demi-atténuation

Les rayonnements gamma (composés de photons) sont très pénétrants. A la différence des particules alpha ou bêta, rien ne peut les arrêter complètement, car il y a toujours une probabilité qu'un photon traverse la matière sans interagir avec celle-ci. Par contre on peut stopper une partie des photons, qui sera plus ou moins importante en fonction du résultat que l'on cherche à obtenir. Les professionnels parlent d'épaisseurs de demi-attenuation. Il s'agit de l'épaisseur de matière nécessaire pour diviser par deux le nombre de photons à la sortie de celle-ci (cela marche aussi pour le débit de dose). Cette épaisseur varie avec la composition de la matière, sa densité, et selon l'énergie des photons. D'une façon générale, plus le nombre atomique (Z) du matériau est élevé, plus l'épaisseur de demi-attenuation est mince.

L'épaisseur de demi-atténuation se calcule assez facilement au moins pour les éléments purs et les matériaux courants. Il faut d'abord récupérer les coefficients d'atténuation massique (µ/p) du matériau, exprimés en cm²/g puis multiplier ceux-ci par la densité (p) du matériau pour obtenir les coefficients d'attenuation linéaires (µ), exprimés en cm^-1. L'épaisseur de demi-atténuation en centimètres est donnée par la formule 0.693*µ.

Si on souhaite obtenir l'épaisseur nécessaire pour réduire d'un facteur de x le nombre de photons, il suffit de multiplier l'épaisseur de demi-atténuation par ln(x)/ln(2).

Le moyen le plus simple de récupérer les coefficients d'atténuation massique est d'utiliser le logiciel Xmudat, mis à disposition gratuitement par l'IAEA. Ce logiciel contient les données de la plupart des matériaux d'intérêt. Il vous donnera également la densité du matériau et son numéro atomique effectif. Les données sont exportables. Une autre source de données est la base Xcom du NIST.

Histoire d'éviter des calculs répétitifs j'ai compilé les épaisseurs de demi-atténuation de divers matériaux pour des énergies entre 1 et 1950 KeV. Les voici au format PDF. L'utilisation est simple : supposons que vous ayez une collection de minéraux uranifères. Le plus gros des émissions gamma de l'uranium se situe en dessous de 600 keV. A ce niveau d'énergie 0.49 cm de plomb suffira pour bloquer la moitié des photons les plus énergiques. Les photons moins énergiques seront eux encore plus fortement atténués.

Shanghai 8120 : des chinoises vintage qui ne manquent pas de charme

Si la Chine est connue pour être l'usine du monde, le pays n'en possède pas moins ses propres marques, produites pour le marché intérieur comme pour l'exportation. La manufacture horlogère Shanghai produit ainsi des montres et mouvements depuis 1958. Je possède deux exemplaires de cette marques, qui sont en fait deux déclinaisons du modèle 8120. Ces modèles sont vendus neuf comme étant d'anciens stocks ou des rééditions, mais je n'ai aucune idée de leur date de production. Le mouvement semblerait toutefois avoir été produit à partir des années 1980.

montres Shanghai.

Les Shanghai 8120 possèdent un boitier en acier chromé qu'on dirait tout droit sorti des années 60. Cette impression est renforcée par l'usage d'un verre dômé en acrylique. Le diamètre hors couronne est de 35.5 mm pour un entrecorne de 18 mm. Les cornes relativement longues du boitier lui donnent une présence plus importante que ce que son faible diamètre pourrait laisser penser. La montre est parfaitement proportionnée.

Montre Shanghai Kon-Tiki

Le mouvement qui anime ces montres est un SB1H mécanique, à 17 rubis, sans stop seconde. Je n'ai pas mesuré sa précision, mais je l'estime tout à fait satisfaisante, puisque je peux porter deux semaines la montre sans avoir besoin de le remettre à l'heure. Coté réserve de marche, là encore c'est la grande inconnue, mais on en doit pas être loin des 40 heures.

Montre Shanghai "Servir le peuple"

Pour ce qui est des cadrans, mon choix s'est porté sur deux version bien spécifiques. Le premier est un "hommage" à l'Eterna Kontiki. Pour l'anecdote, parce que les tarifs des Eterna sont bien moins accessibles et aussi parce que cette copie est plus fidèle à l'original que les modèles Eterna actuels ;) Le second est un modèle historique puisque il porte la devise calligraphiée "servir le peuple" par Mao Tsé Toung. Bien que je n'ai absolument aucune sympathie pour le communisme, je trouve intéressant qu'une montre porte une telle devise.

Si vous êtes intéressés par ces montres, sachez qu'elle sont très abordables : une cinquantaine d'euros environs sur good-stuffs.com.

Les différents appareils de mesure de la radioactivité

Dès que l'on commence à s'intéresser au sujet de la radioactivité, le compteur geiger vient aussitôt à l'esprit. Mais quand on creuse, on s'aperçoit rapidement que plusieurs types d'appareils différents existent alors que tous semblent mesurer une seule et même chose : la radioactivité. Comment alors s'y retrouver et choisir le bon matériel ? Tentative de synthèse.

L'ictomètre, souvent appelé "compteur geiger", est un simple compteur, c'est-à-dire qu'il compte les particules qui traversent son capteur. Un vrai compteur geiger ne devrait en tout rigueur afficher que des détections exprimées en CPM (coups par minute) ou CPS (coups par seconde). Malgré tout certains compteurs affichent des résultats en Sieverts. Si le capteur n'est pas compensé en énergie, le nombre de Sieverts affiché sera en général faux, sur-estimé dans certains cas, sous-estimé dans d'autres. C'est pour ça que je recommande toujours des compteurs affichant des CPM ou CPS. Les compteurs à tube geiger-muller peuvent détecter les rayons beta et gamma et pour certains les alpha. Les compteurs à scintillation ne détectent que les gamma. L'utilisation idéale de l'ictomètre est la détection.

Le radiamètre, aussi appelé débitmètre peut utiliser un tube geiger-muller ou un autre type de capteur. A la différence du compteur simple, le radiamètre est compensé en énergie ce qui lui permet de donner une estimation à peu près fiable des débits de doses (exprimés en Sieverts par heure) et des doses (exprimées en Sieverts) peu importe le radio-élément considéré. Seuls les rayons gamma sont en général pris en compte par le radiamètre. L'utilisation idéale du débitmètre est la mesure d'ambiance, c'est-à-dire la détermination du niveau ambiant de radioactivité, mais il peut aussi être utilisé pour la détection.

Le dosimètre opérationnel peut utiliser un tube geiger-muller ou un autre type de capteur. Il est très proche du débitmètre dans son fonctionnement. Cependant il sert surtout à mesurer des doses (Sieverts), et s'avère peu intéressant pour mesurer des débits de dose, car les débits de doses minimaux affichables par ces appareils sont déjà élevés. L'utilisation idéale du dosimètre opérationnel est, comme son nom l'indique, la mesure des doses.

Le contaminamètre enfin est un compteur ou ictomètre un peu particulier, qui va compter les détections non pas dans un volume, mais sur une surface. Les résultats sont exprimés en bequerels par cm². L'utilisation idéale du contaminamètre est la détection, et le caractérisation de la contamination.

Quel appareil choisir dans une optique de préparation quand on est un particulier ? De mon point de vus les ictomètres et radiamètres sont les plus intéressants. L'ictomètre sera généralement plus sensible car capable de détecter les rayons beta et gamma. Le radiamètre sera lui plus fiable pour ce qui est d'estimer le débit de dose, mais moins sensible. S'ils peuvent être obtenus à bon prix les dosimètres opérationnels peuvent également s'avérer intéressants, pour avoir une idée de la dose accumulée.

Notez que cette présentation se veut synthétique : dans la réalité des nuances existent, certains appareils sont hybrides, et j'ai volontairement passé sous silence la détection de certains rayonnements comme les neutrons.

Montre de chemin de fer Pulsar PJ6007

18 avril 1891, près de Kipton (USA). Le train postal numéro 14 rentre en collision à plein vitesse avec le Toledo express, tuant 9 personnes. L'origine de cet accident ? Un retard de 4 minutes du Toledo Express, dû à une montre mal réglée. Sur une ligne utilisée dans les deux sens, un tel retard ne pardonne pas. Pour éviter qu'une telle catastrophe ne se reproduise, les compagnies ferroviaires vont demander à l'horloger Webster Ball d'établir un cahier des charges pour les montres de chemin de fer.

Montre Pulsar railroad approved

Par la suite cette norme sera adoptée (et adaptée) par les différentes compagnies de chemin de fer américaines, canadiennes et du monde entier. Outre les spécificités techniques relatives à la précision et à la fiabilité, les cahiers des charges normalisent également l'apparence des montres. Celles-ci doivent posséder un cadran en email blanc, des index à chiffres arabes noir imprimés en gras, et des aiguilles noires, le tout afin d'assurer une lisibilité maximale. Certains cahiers des charges exigent également la présence sur la cadran d'un second index au format 24 heures, et l'utilisation d'une aiguille des heures en forme de poire.

Les montres de chemin de fer ont pour la plupart cessé d'être obligatoires dans les années 70. Néanmoins des montres de chemin de fer continuent d'être produites, car gages de précision et de lisibilité. Celles-ci portent en général la mention "railroad approved" sur le cadran. Les principaux fabricants sont Ball (gammes Railroad et Trainmaster), Seiko (modèles SNE045, SNE064 et SNE179) , Citizen (modèle BM8180-54A) et Pulsar (modèles PJ6007 et PXN021).

Montre de chemin de fer Pulsar

La Pulsar PJ6007 que je possède affiche tous les attributs de la montre de chemin de fer : cadran blanc, index à chiffres arabes noirs, index secondaire rouge, aiguilles noires, avec une forme de poire pour l'aiguille des heures. Cette montre est réservée au marché nord-américain. Le mouvement quartz est un VJ33, assemblé semble-t-il au Japon. Je n'ai pas réussi à retrouver ses spécifications complètes, mais pour un mouvement de milieu de gamme sa précision est très bonne, bien meilleure que les 15 secondes par mois annoncées, avec une aiguille des secondes parfaitement alignée avec la cadran. Le diamètre du boitier est de 37 mm hors couronne. La montre est livrée avec un bracelet acier de très bonne facture, mais j'ai choisi de la porter sur un NATO noir qui met en valeur ses cornes et renforce son coté vintage.

Si vous êtes intéressé par cette montre, sachez qu'elle se fait un peu rare désormais. Le site Chic Time la propose encore autour de 98€, mais le mieux est encore de créer une recherche sur Ebay.

Kit de crochetage format carte de crédit

Que valent les kits de crochetage sous forme de carte de crédit ? S'agit-il de gagdgets ou véritables outils ? Histoire d'en avoir le coeur net, j'ai demandé à Gearbest un de leur kits (merci à eux !).

Kit de crochetage format carte de crédit

Le kit de crochetage se présente sous la forme d'un étui en plastique de la taille d'une carte de crédit, en un peu plus épais (3mm), contenant quatre crochets, plus un entraîneur. Le nom du titulaire de la carte est un certain... James Bond ;) La carte tient parfaitement dans un portefeuille.

les crochets et l'entraineur

Parmi les crochets, on trouve un crochet standard, un demi-diamant, un city rake et un serpent. Ceux-ci sont plutôt rigides. Les finitions sont propres, mais un peu brutes. Sans doute gagnerait-on à polir les arêtes.

Pour ce qui est des capacités d'ouverture, les crochets fonctionnent, au moins sur des serrures pas trop compliquées (il faut dire que je reste un débutant). J'ai ainsi pu ouvrir un cylindre avec le crochet et le city rake, plusieurs cadenas avec le crochet, et une serrure de boite à lettres avec le demi-diamant. Cela dit les outils restent assez rugueux, le confort sommaire du fait de leur petite taille et j'ai un peu de mal avec l’entraîneur, trop rigide à mon goût. Avec un autre entraineur par contre le crochetage devient tout de suite plus agréable et facile. Pour mon kit EDC je continue de favoriser mes crochets bogota. Après, pour un prix autour de 3 euros ce kit reste un objet amusant, et qui facilement être amélioré.

Sac à dos tactique Wisport Sparrow 30 II

Lorsque je voyage, je ne suis pas minimaliste : le matériel photo et l'EDC prennent de la place et j'aime avoir de l'espace en plus dans mon sac à dos pour transporter un vêtement, une bouteille d'eau ou quelques souvenirs. Jusque ici mon sac de tourisme de prédilection était le Vulture II de chez Maxpédition. J'apprécie son grand volume (34L) sa robustesse et sa simplicité. Reste qu'il n'est pas très confortable par temps chaud, possède un dos souple, et est plutôt épais ce qui donne un peu un coté "tortue" à son porteur. J'étais donc à la recherche d'une alternative plus compacte.

Sac à dos tactique Sparrow 30 II Wisport

Enthousiasmé par le Sparrow 20 II que j'avais présenté sur ce blog en avril, j'ai opté pour son grand frère, le Sparrow 30 II, en couleur graphite cette fois-ci. Les dimensions du sac sont approximativement de 48x35x22 cm. Le volume du sac (30L), bien que légèrement inférieur à celui du Vulture II, est plus adapté à la ville, et on gagne 300g au niveau du poids grâce à l'utilisation de Cordura 500D.

Coté du sac Sparrow 30 II

Des passant MOLLE recouvrent tout le sac, y compris le fond. Des sangle de compression sont présentes sur les côtés, ainsi que des sangles de maintien en façade. Une panneau velcro sur l'avant permet de fixer un patch.

Dos du Sparrow 30 II avec baguette fibre de verre

Le dos du sac est bien plus confortable que celui du Vulture II. Non seulement il est respirant grâce à des coussins amortisseurs faisant cheminée, mais il peut en plus être équipée d'une baguette en fibre de verre optionnelle pour plus de rigidité. Wisport a également doté le sac d'une ceinture (non visible sur la photo) et d'une sangle de poitrine (non visible sur la photo).

Première poche

Coté organisation on retrouve à peu près la même configuration que sur le Sparrow 20 à savoir trois poches, mais en plus grand. La première poche, en façade sert surtout à accueillir des petits objets et objets plats. J'y mets portefeuille et titres de transport. On pourrait aussi y glisser une carte ou un guide de ville.

Deuxième poche

La deuxième poche est une poche admin, équipée de passants elastiques, de poches ouvertes et d'une poche mesh zippée. Deux lanières sont également présentes pour sécuriser des clés ou tout autre matériel, l'une étant équipée d'un mousqueton et l'autre d'un D-ring. Cette poche est plus spacieuse qu'il n'y paraît : on peut y glisser des livres, ou une tablette. Elle peut être ouverte presque intégralement au besoin.

Troisième poche

La troisième poche est le compartiment principal. Elle s'ouvre intégralement. On y trouve une poche élastiquée servant à maintenir une poche d'hydratation ainsi que deux grandes poches mesh zippées de l'autre côté. Des boucles sont également présentes pour y fixer des sangles si nécessaire.

Je trouve ce sac parfait pour les excursions touristiques : il est solide, confortable, offre une volume décent tout en restant compact, respecte les dimensions des bagages cabines, et est relativement low profile en couleur graphite (même si ce n'est pas mon souci premier).

Notez que je l'ai légèrement personnalisé : d'origine pas mal de sangles pendouillent. J'ai donc enlevé la ceinture amovible, la sangle de poitrine, et surtout j'ai fixé tous les bouts de sangles restant avec du Velcro double face "one wrap" : cette bande découpable à volonté est tout simplement géniale :)

Le Sparrow 30 II peut être trouvé pour une centaine d'euros chez Amazon ou chez Military 1st ainsi que chez divers vendeurs polonais et européens.

Piège photo vidéo infrarouge Gearbest

Envie de savoir ce qui se passe dans votre jardin ou votre propriété en votre absence, de jour comme de nuit ? La trail camera de chez Gearbest, bien que destinée principalement aux chasseurs, intéressera également les amoureux de la nature, et ceux qui souhaitent sécuriser leurs extérieurs.

Piège photo vidéo Gearbest

La camera se présente sous la forme d'un boitier camouflé étanche (IP54) équipé de trois détecteurs de mouvement infrarouges couvrant un angle total de 120°, d'un objectif et d'une baie de LED infrarouges pour l'éclairage de nuit. Un écran de contrôle à l'intérieur permet de procéder aux réglages et de visualiser les photos et vidéos. Trois modes de positionnement de la caméra sont possible : sur un mur ou une surface plane avec le kit de fixation fourni, sur un arbre ou un poteau avec une sangle (également fournie), ainsi que sur n'importe quel trépied photo grâce au pas de vis compatible placé à la base de la caméra.

L'enregistrement des photos et vidéo se fait sur une carte SD (non fournie). La résolution peut aller jusque 12 mégapixels, ce qui n'est pas vraiment utile étant donné que le capteur est de 5 mégapixels. De multiples modes de prise de vue sont proposés : photos uniquement, vidéos uniquement, ou photos + vidéos. Le nombre de photos à prendre, leur résolution, la longueur des vidéos, le temps entre les prises de vue sont paramétrables. De même il est possible de prendre des photos ou vidéos à intervalle régulier, sans que des mouvements soit détectés. Il est également possible de définir les heures d'activité de la caméra. Enfin il est possible d'ajouter sur les photos, la date, l'heure, la température et la phase de la lune. Bref, on la le choix :)

vue du piège photographique ouvert

L'alimentation est assurée à l'aide de piles AA. Le boitier comporte huit emplacements pour une autonomie théorique en veille de 6 mois. Mais il est possible de n'utiliser que quatre piles, pour une autonomie de 3 mois. Une alimentation par câble est également possible, mais le câble et l'alimentation ne sont pas fournis.

Voici quelques exemples de captures. Une photo de rouge-gorge de jour :

Rouge-gorge capturé avec la caméra

Une photo du chat des voisins de nuit :

Chat capturé en vision infrarouge

Une vidéo de rouge-gorge le jour :

Une vidéo du chat la nuit :

A l'usage je trouve que la caméra fonctionne plutôt bien. Son étanchéité est réelle, puisque elle a affronté avec succès plusieurs jours de temps orageux avec de forte averses, ainsi que des rosées matinales. La détection des mouvement est suffisamment sensible. Quelques photos ne montrent aucun animal, mais c'est probablement lié au fait que l'animal est aussitôt reparti, ou que le vent a fait bouger des feuilles. La qualité des images est satisfaisante pour l'utilisation qui doit en être faite, c'est-à-dire la surveillance. La teinte des photo tire un peu sur le bleu en plein jour, mais cela est facilement corrigeable dans un logiciel de retouche au besoin. Le seul petit reproche que je pourrais faire à la caméra est la perte des réglages lors du changement des piles. Un peu embêtant en phase de test quand on fait des changements réguliers, mais pas un réel problème vu l'autonomie de la caméra en temps normal. Proposée aux alentours de 65€ sur Gearbest, cette caméra affiche un prix sensiblement inférieur à celui des modèles proposés par exemple chez Decathlon.

Merci à Gearbest pour avoir permis cette revue :)

Couteau Hultafors GK (heavy duty)

Evoluant essentiellement en milieu urbain je ne m'étais jamais équipé jusque ici d'une lame fixe typée bushcraft. Mora of Sweden fait référence en la matière, mais j'aime ne pas faire comme tout le monde :) C'est pourquoi j'ai jeté mon dévolu sur le modèle GK de la marque suédoise Hultafors.

Couteau Hultafors GK.jpg

Le GK présente de grandes similitudes avec les Mora. Toutefois il se distingue avec une épaisseur de lame de 3mm plus large que la majorité des Mora, un dos de lame non arrondi permettant l'usage des firesteels, une garde plus prononcée et un prix encore inférieur. La lame d'une longueur de 94 mm est en acier carbone japonais, d'une dureté de 58-60 sur l'échelle de Rockwell. L'émouture est de type scandinave (droite), avec une petite émouture secondaire. La pointe reste épaisse ce qui renforce sa solidité mais réduit aussi sa capacité à percer d'autant plus que l'angle de la pointe est un peu moins aigu que celui des MORA. La soie pénètre le manche sur environ 60% à en croire les photos que j'ai pu voir sur le web. Le manche, en matière synthétiqu,e est plutôt long, ce qui rend la préhension très confortable.

Fourreau Hultafors

L'étui plastique offre une excellent rétention et permet le port à la ceinture. Un ergot sur le coté permet d'appuyer le pouce pour extraire le couteau. Cet ergot permet également le passage d'une ficelle pour un port autour du cou.

Je ne suis pas du tout bushcrafteur, mais trouve ce couteau très bien pour s'initier : même si comme le montre ma revue vidéo] il n'a pas le tranchant de modèles dotés de lames plus fines, sa robustesse lui permet de s'acquitter de bon nombre de tâches et de mieux résister aux erreurs de débutants. A 11€ sur Amazon c'est une bonne affaire. Notez qu'un variante de ce couteau existe, qui est le modèle OK1 : sa lame est noire, une règle est imprimée dessus et l'étui permet d'embarquer un firesteel. Compter une vingtaine d'euros pour cette version.

Ceinture 5.11 TDU Belt

Accordant initialement peu d'importance à cet accessoire, j'ai longtemps acheté mes ceintures en grande surface . Ces ceintures ne duraient souvent pas bien longtemps, et il était fréquent que les modèles à boucles se déserrent au cours de la journée. Puis j'ai essayé le modèle TDU Belt produit par 5.11. Depuis, la TDU Belt est devenue ma ceinture de prédilection.

Ceinture 5.11 TDU Belt

En tant que végétarien, j'apprécie qu'elle soit conçue à partir de nylon. La boucle en polymère est extrêmement solide et ne glisse pas d'un millimètre une fois réglée. Ne comportant aucune pièce en métal, la ceinture passe parfaitement les portiques des aéroports ce qui en fait une ceinture idéale pour voyager ou évoluer dans des environnements non permissifs. Un autre gros avantage de la TDU Belt est qu'à la différence de la plupart des ceintures tactiques, celle-ci est proposée en 2 largeurs : 1.75 pouces (45 mm) et 1.5 pouces (38 mm). Le modèle 38 mm est parfait pour un usage civil, car il est compatible avec les passants de la plupart des pantalons et jeans, ce qui n'est pas le cas des ceintures en 45 mm.

A l'usage, la ceinture vieillit très bien. Je dois porter quotidiennement le modèle coyote présenté sur la photo depuis 5-6 ans et hormis quelques fibres qui frisent ici et là, la ceinture présente toujours aussi bien et accomplit parfaitement son office. Si vous n'aimez ni la couleur coyote ni le vert, sachez que la ceinture est également disponible en noir. Et si vous portez un holster, une version plus rigide est également proposée, sous le nom de "Double Duty". Les ceintures 5.11 sont largement distribuées chez les revendeurs de la marque en France. Pour ma part je passe par Amazon (compter environ 25 euros port inclus).

Bruit de fond radiologique

En l'absence même de tous rayonnements ionisants d'origine artificielle, nous baignons en permanence dans un océan de radioactivité. Celle-ci vient du sol (uranium, thorium, potassium 40, radon...) mais également de l'espace. Ce rayonnement naturel constitue le bruit de fond radiologique. Celui-ci varie significativement d'un endroit à l'autre en fonction de la composition du sous-sol, de l'environnement, et de l'altitude. Pour un endroit donné le bruit de fond varie également, étant notamment influencé par les conditions atmosphériques.

Histoire de mieux connaître mon bruit de fond local j'ai mesuré la radioactivité ambiante à l'intérieur de mon bureau minute par minute sur une durée de 8633 minutes soit 5 jours, 23 heures et 53 minutes. Mon compteur geiger enregistrant automatiquement les données, je n'ai eu qu'à le laisser tourner et à traiter ensuite les données dans Excel. La mesure a commencé le 11 juin à 18h06. Sur la durée totale de la mesure on ne constate pas de grandes évolutions du bruit de fond. Par contre on constate une grand variabilité du nombre de CPM (coups par minute) sur des périodes courtes. Le graphe suivant montre l'évolution du bruit de fond radiologique sur la durée de la mesure. Les CPM bruts sont en bleu, la moyenne flottante (période de 30 minutes) est en rouge :

Bruit de fond radiologique

Le plus petit nombre de CPM observé sur toute la période est de 8, le maximum étant de 44. La moyenne du bruit de fond est de 25 CPM, avec un écart-type de presque 5 CPM. La distribution des CPM observés affiche une belle cloche répondant à la loi de Poisson :

Mesure du bruit de fond radiologique : distribution des CPM

Au delà des aspects scientifiques, cet exercice a des applications pratiques : on voit bien sur la courbe de distribution que les CPM supérieurs à 44 sont très rares. Sachant cela, si je souhaitais programmer un niveau d'alarme sur mon compteur pour signaler une radioactivité anormale, je pourrais le fixer à 45 CPM (même s'il y aurait occasionnellement quelques faux positifs). Cette valeur est d'ailleurs conforme à celle calculable avec la méthode présentée dans un précédent billet sur les seuils de décision. Avec cette méthode, pour un bruit de fond de 25 CPM, le seuil de décision est de 39 CPM pour une certitude de 95%, et de 47 CPM pour une certitude de 99.9%. Les 45 CPM de l'alarme devraient donc donner une certitude entre 95% et 99.9%.

Pochette MOLLE Predator Omni-Pouch

Le sac Predator 30 de chez Karrimor SF, déjà présenté ici il y a quelques temps est top, notamment du fait de sa compacité. Cela dit, à l'usage, il lui manque parfois quelques litres supplémentaires. Je cherchais donc des poches MOLLE additionnelles à mettre sur les cotés du sac, pour gagner en volume et permettre un accès direct à des items tels que ma gourde ou mon kit EDC. Mon choix s'est finalement arrêté sur les poches Predator Omni Pouch, produites par le même fabricant.

Poche Karrimor SF Predator Omni Pouch

Conçues à la base pour héberger un chargeur Minimi de 200 cartouches, ces pochettes sont très polyvalentes, offrant un volume d'environ 3.4 litres. La construction est robuste, et le nylon employé est du 1000 deniers. A la différence des poches spécialisées, toutes les gourdes ou presque rentrent dedans : les gourdes métal traditionnelles type montagne, les Nalgene à large goulot, tout comme les gourdes militaires US. Mon kit EDC contenu dans une pochette MSM Tac Organizer rentre également parfaitement dedans.

Poche vide plate

Grâce au long rabat et aux boucles ajustables, le volume de la poche est facilement modulable. A son volume maximal, la pochette fait environ 17.5 cm de large, 18 cm de haut et 10 cm d'épais. Il est cependant possible de gagner encore plus en hauteur en jouant sur l'ajustement des boucles, jusque 24 cm environ. Quand la poche est vide, celle-ci s'aplatit naturellement pour atteindre une épaisseur de seulement quelques centimètres, ce qui permet d'avoir un sac low profile sans devoir enlever la pochette. Des oeillets de drainage sont présents sur le fond de la poche

Karrimor SF Omni Pouch : compartiment principal

L’intérieur de la poche est constitué d'un compartiment unique. Des bandes velcro femelles sont présentes sur l'avant du compartiment, permettant de sécuriser encore plus le verrouillage de la poche. Si on ne souhaite pas utiliser le velcro, ce qui est mon cas, le fabricant à inclus des pièces en velcro mâle pour rendre le velcro inopérant (plus de détails dans la revue vidéo).

Karrimor SF Omni Pouch : poche secondaire

Une poche secondaire, sans fermeture, est présente entre le panneau MOLLE et la poche principale. Il est possible d'y glisser une carte ou un boonie hat par exemple. En jouant avec les sangles de fixation du sac on pourrait également y placer une machette ou une hachette. Le système MOLLE employé (QR Modular) est très ingénieux, à la fois sécurisé et très rapide à défaire (je vous renvoie là encore à la vidéo).

L'Omni Pouch s'avère donc une pochette très versatile et de bonne qualité. Le prix reste raisonnable : environ 25€ la pochette port inclus. J'ai acheté la mienne via Amazon auprès du vendeur Nightgear (IFL Store). Si la couleur olive ne vous plait pas sachez que la pochette est également disponible en couleur coyote, noir et multicam.

Radioactivité : mes recommandations de livres

Si l'on trouve quantité de ressources à propos de la radioactivité sur internet, leur recherche peut prendre du temps, et la qualité de l'information proposée n'est pas toujours au rendez-vous. Aussi, voici une sélection de livres de qualité pour ceux voulant appréhender et approfondir le sujet.

livres-radioactivite.jpg

"La radioactivité sous surveillance et autres notions en radioprotection" est un petit ouvrage (175 pages) que je recommanderais à ceux qui ne connaissent rien ou peu sur le sujet, car il est économique, particulièrement didactique, facile à lire et assorti d'illustrations. Y sont abordés la physique des phénomènes radioactifs, les unités et grandeurs utilisées dans les activités nucléaires, les effets de la radioactivité sur le corps humain, la radioprotection, le matériel de détection, les différentes sources de radioactivité, la gestion des déchets nucléaires. C'est le livre parfait pour découvrir ce qu'est une particule alpha, un rayon gamma, un Becquerel, un Sievert, une dose efficace, avoir une idée de quand les rayonnements ionisants peuvent être dangereux, et savoir quel type d'appareil choisir pour de la détection. L'auteur, Marc Ammerich est inspecteur au CEA, et cofondateur de l'excellent forum Radioprotection Cirkus.

"De Tchernobyl en Tchernobyls" est un ouvrage conséquent (572 pages) que je conseillerais à ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur la radioactivité et sur les questions en rapport avec le nucléaire civil et militaire. Son titre et sa couverture font penser à un pamphlet antinucléaire, mais il n'en est rien, les auteurs étant plutôt nuancés et en faveur d'un nucléaire civil raisonné. L'ouvrage est extrêmement complet et chaque thème y est traité de façon approfondie. Un bon livre pour connaitre plus en profondeur les effets des rayonnements sur le corps humain, le fonctionnement d'un réacteur ou d'une arme nucléaire, les enjeux énergétiques et le rôle du nucléaire, la gestion des déchets, la prolifération... Le livre est écrit par Georges Charpak, Richard L. Garwin et Venance Journé.

"Radionucléides et Radioprotection" est un ouvrage purement technique à destination des professionnels (et des nerds comme moi) compilant les caractéristiques des différents radionucléides. Les amateurs de science y trouveront notamment les raies d'émissions gamma de chaque radionucléide, les doses par unité d'incorporation permettant de calculer les doses efficaces consécutive à une contamination interne, les périodes de chaque radioélément... Quelques notions de physique et de radioprotection sont également rappelée, ainsi que les schémas de filiation de l'uranium, du thorium et du plutonium.

Enfin, "Living with radiation : the first hundred years" est une bible en anglais de 317 pages au format A4 qui intéressera les férus de l'âge atomique et les chasseurs de minéraux et objets radioactifs. Ce catalogue recense en effet une myriade d'objets radioactifs produits depuis les 100 dernières années en donnant pour chacun le radionucléide présent, l'activité incorporée, et quand cela est possible la référence de l'objet (très utile pour trouver des tubes à vide au Cesium 137 quand on fait de la spectrométrie gamma par exemple). Le livre propose aussi une liste de minéraux naturellement radioactifs. L'ouvrage est auto-édité et imprimé à la demande. La commande se fait par Paypal auprès de l'auteur William Kolb, en utilisant l'adresse suivante : syntec@verizon.net. Le prix est de 36$ environ.

Bracelets perlon : look vintage et confort

Vous n'aimez ni le métal ni le cuir pour vos montres ? Vous êtes à la recherche d'un bracelet une pièce extrêmement confortable, spécialement par temps chaud ? Les NATO vous lassent ? Vous appréciez le look vintage ? Les bracelets de montre perlon pourraient bien être faits pour vous !

Montres et bracelets perlon

Le perlon est une fibre polyamide, plus résistante que le nylon, mais aussi un peu moins souple. De ce fait la construction des bracelets de montre en perlon est spécifique : la matière est tressée, et non pas tissée. Les bracelets perlon ne possèdent pas de trous, car l'ardillon se glisse entre les mailles du tressage. Cela permet d'avoir une précision de réglage fine, de 3 à 5 mm. La boucle est également réglable, au lieu d'être fixe comme sur les autres bracelets. Il est donc possible de configurer son bracelet perlon pile à la bonne taille pour son poignet.

Bracelet perlon : détail boucle réglable

De par son look, et parce qu'il est très fin (1mm environ), les bracelets perlon accompagnent parfaitement les montres vintages, ainsi que les montres modernes minimalistes. Il est encore plus confortable qu'un NATO par temps chaud, grâce aux micro espaces entres les mailles qui le rendent très respirant. Il était d'ailleurs utilisé autrefois sur certaines montres militaires comme bracelet "tropical". C'est aussi un des bracelets les plus léger qui soit. Son seul inconvénient à mon sens réside dans les boucles utilisées qui sont très rustiques. On dirait qu'elles ont été estampillées à la presse dans de la tôle d'acier, puis polies. Leur construction fait que l'ardillon possède un jeu latéral. Cela dit je considère que cette rusticité fait partie du charme, et je n'ai absolument rien à redire sur la solidité de ces boucles. C'est du costaud !

Montre Citizen NY0040 sur bracelet perlon

Les bracelets perlon peuvent être trouvés dans une grand diversité de coloris, certains ayant même des motifs. J'achète les miens chez le vendeur Ebay NATO Ministry, parce que ce vendeur est fiable et que ses perlons et NATO sont d'un excellent rapport qualité prix.

- page 1 de 10